big_tokyoeat_pano4

             


Direction le Palais de Tokyo, à côté du Musée d’art moderne de la Ville de Paris. Au milieu des œuvres d’art contemporaines, le Tokyo Eat se distingue et vaut le détour. La déco est au top, vue en direct sur les cuisines, chaises en couleur, lampes rondes énormous avec baffles intégrées descendent d’un plafond d’usine : tuyaux et poutres en métal apparents. Accueil parfait, la carte entre les mains, c’est parti….


Pour mettre vos papilles et vos sens en émoi : on y a goûté en entrée, les nems au foie gras et légumes croquants, la salade d’haricots verts, artichauts et parmesan et le thon cru sauce terriyaki.

En plat grosse sélection de la famille : rigatoni aux champignons (morilles, cèpes et pieds de mouton), côte de bœuf et champignons mijotés, dorade grillée sur lit d’épinards frais et jus de betterave.

Bal des desserts comme à l’accoutumée : millefeuille vanille et caramel ou beurre salé, tarte aux figues et boule de glace à l’amande.`


Comment dire ? toutes les saveurs sont mises en avant et harmonisées pour le plus grand plaisir de notre palais. Pas de fioritures, simplicité et finesse pour ses plats aux consonances classiques relevés par du terriyaki, jus de betterave, ou sauce cacahuète.


Une bonne table: au fond contre les baies vitrées

Le plus: assiettes très copieuses

La funky touch: le Tokyo Hit, on peut choisir parmi une sélection de chansons celles qu’on souhaite écouter (Air, Charlotte Gainsbourg…) Et c’est là que pouf je suis bluffée : Astrud Gilberto et Stan Getz résonne avec le mythique The Girl from Ipanema.

Le moins: trop bruyant, pas très intime.

Une époque pour y aller: mois d’août, moins de monde, carte estival très fraîche, et on peut dîner en terrasse.

Budget: entrée plat dessert et bouteille de vin, compter environ 40 € par personne

En bref: on adore !!!


©D.R.